Snack'Ebab Express.com

Snack bar, restauration rapide, spécialités

posté le 12-03-2019 à 01:07:44

Présentation

Une idée pour une belle découverte gustative au travers de toutes les cuisines du monde...

" Nous voulions créer un restau rapide où l’on puisse manger sur le pouce tout en bénéficiant d’une cuisine de qualité et faite maison "

 

Travailler des produits frais, locaux et autant que possible, bio.
Du simple, du frais, du vrai...
 

 

 

 


 
 
posté le 13-03-2019 à 22:41:26

Notre page sur FB

 Notre page sur FB

https://www.facebook.com/snackebabexpress/?modal=admin_todo_tour 

 

 

 

 

 


 
 
posté le 16-03-2019 à 03:32:59

Notre plateau "Kémia"

 


Notre cuisine est simple, autant que possible "Bio", généreuse et se partage sans modération. dans une ambiance familiale.

Nous vous invitons à découvrir notre plateau "Kémia"
KEMIA...
 
La kémia ou kamia (littéralement « quantité » en arabe algérien) est un assortiment d'amuse-gueules qui se sert au moment de l'apéritif   ou en accompagnement de boissons   sur tous les comptoirs de bistrots algériens et tunisiens. 
 
 
   

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
 


 
 
posté le 16-03-2019 à 04:16:02

Un vrais délice...


Dorés à souhait, les makrouts séduisent les papilles grâce à leur fourrage à la date ou à l'amande. 

Gourmands, riches, parfumés, conservez-les dans une boîte hermétique en attendant de les déguster, mais gageons qu'ils n'y resteront pas longtemps...

 

 

 

 

 

 

 


 
 
posté le 16-03-2019 à 15:27:38

LA MOUNA

 

 


 

 Ce gâteau ou plutôt cet étouffe chrétien que l'on ne confectionne qu'à Pâques et qui réveille tant de bons souvenirs parmi les Pieds noirsa toujours été désigné, chez nous en milieu hispanophone par le mot mona. L’appellation mouna n’étant qu’un accommodement à la française, une naturalisation si vous préférez.

Dans les faubourgs populaires de Sidi-Bel-Abbès et des autres villes d’Oranie, l’authenticité du mot mona était jalousement préservée de génération en génération. Le peuple Oranien avait certes des racines métropolitaines, d’Alsace Lorraine, du Languedoc, du  Sud-Ouest, de Corse, et d’ailleurs mais aussi  des racines italiennes, espagnoles. La colonie ibérique constituait, à elle seule, plus de la moitié de la population européenne.

Pour en revenir à notre gâteau, on nous propose dans les grandes surfaces, à l’approche de Pâques, des mounas, bien sûr, étiquetées de la façon suivante : « Pâtisserie méditerranéenne ». Pour les besoins commerciaux, l’amnésie est ici totale. De la mona espagnole, honorée en Oranie, nous passons allègrement à la mouna de tout un bassin méditerranéen.

Alors ! Quelles sont les origines de ce gâteau ?  On affirme alors, sans rire, que les Oranais allant fêter le lundi de Pâques sur les pentes boisées du Fort Lamoune, baptisèrent ce gâteau ‘mouna’ par analogie avec ce lieu habituel de leurs réjouissances.

 

 

 

 

 


 
 
posté le 16-03-2019 à 16:03:17

Tout , tout , tout , vous saurez tout sur le ..COUSCOUS

 

 

 

 

En Kabylie, on dit Seksou.   

Les femmes prennent du gruau ou de la semoule, les jettent par poignées successives dans un large plat de bois, qu’on appelle gueçaa, les arrosent avec quelques gouttes d’eau, et les roulent légèrement avec la paume de la main, jusqu’à ce qu’elles aient obtenu une espèce de granulation qui reçoit différents noms suivant sa grosseur.

 La berboucha, suivant la coutume des habitants de Constantine, se fait avec de la farine brune, notamment avec celle de l’orge. C’est le couscoussou le plus commun, el il forme presque exclusivement la nourriture des ménages pauvres. Comme légumes, on y ajoute le navet, la courge et l’artichaut sauvage , dont les nervures foliales sont mangées cuites dans le bouillon. Le barbouche est également une spécialité juive.

La mehamsa, en chaouïa timhamest, est une espèce de couscoussou fait ordinairement de farine d’orge grossièrement moulue; elle peut être mise sur le même rang que la berboucha. Au Maroc c'est l'belboula. 

 Le medjebour est préparé avec de la semoule tirée de la première qualité du froment, ou avec de la farine de moulure française. Les grains de ce couscoussou doivent avoir la grosseur du plomb de chasse. On l’accommode avec de la viande d’agneau, des poules, des pigeons ou des perdrix. Après celle opération on le fait cuire deux fois dans le keskass au bain-marie .On y ajoute du beurre fondu au moment de le servir dans la metsireda - plat en bois sur pied ou en poterie dans les villes. On l’arrose de bouillon (merga).

 Le mahwèr se fait avec les mêmes ingrédients que le medjebour, seulement  le grain en est plus menu. Le mahwèr le plus estimé est celui qu’on appelle nemli, parce qu’il ressemble par la ténuité de ses parcelles à des têtes de fourmi (nemla). Il peut être accommodé avec des viandes fraîches, mais jamais avec du khrelie ou du kaddide. Le khrelie est un mets composé de viande de bœuf ou de mouton, coupée en lanières, qu’on laisse mariner dans la saumure avec du poivre rouge, de l’ail et de la coriandre, et qu’on fait frire dans un bain d’huile ou de graisse. La kaddide répond à ce que nous appelons le petit-salé, mais traité plus grossièrement.

Le harache-fi-harache est ainsi nommé parce qu’il se compose de fleur de froment très fine (semid). Il ne diffère réellement du précédent que par la différence du mot. En Kabylie, la préférence est accordée, par économie, à la farine de sorgho et. à la farine de glands. On l’apprête avec des viandes fraîches, quelquefois même du kaddide ou du khrelie; son assaisonnement ordinaire consiste en oignon, sel, poivre rouge, courge, pois chiches et boulettes de viande hachée, grosses comme des balles de fusil. La sauce est colorée en rouge avec des tomates.

 Le mesfoufe se fait avec la première qualité de froment. On le laisse cuire de là même manière que tous les autres couscoussous; seulement on y mêle des grains de raisin sec ou des grains de grenade, et on le saupoudre d’une neige de sucre. Lorsque, pour le rendre plus délicat, on le noie de lait frais, il prend le nom de berboukha.

Le mecheroub n’est généralement pas très estimé. Lorsqu’à la suite de pluies abondantes l’eau a pénétré dans les silos, et qu’elle a atteint le blé qu’ils contiennent, ce blé s’imbibe (ichérob) et contracte en même temps un goût acre et une odeur nauséabonde. Après l’avoir tiré du silo, on le fait sécher, on le mout, et c’est de la farine qui en provient que l’on fait le mecheroub.

Le mezeüt .Parmi les silos il y en a dont la terre est bonne, cl lorsqu’on en extrait le blé qui y a séjourné deux ans ou davantage, sans avoir été jamais touché par l’eau, on détache des parois de la cavité une substance que les indigènes appellent mezeût, espèce de croule huileuse, produite par un peu d’humidité que la terre communique nécessairement au grain qu’elle renferme. Celte croûte affecte une couleur bleuâtre, et le goût en est légèrement sucré. On la transforme en medjebour. A entendre les Arabes, c’est un mets exquis, le plat des amis. Le couscoussou de mezeût s’apprête avec du beurre frais et de la viande d’agneau.

Le aïche ressemble à de là soupe au riz, avec cette différence cependant que les grumeaux du couscoussou remplacent les grains de riz. Il n’est pas rare qu’on fasse bouillir dans cette espèce de potage des abricots secs, qui sont désignés  le dialecte barbaresque par le mol fermas, issu probablement de l’adjectif latin firmus.

 Le farik tire son nom du premier froment tendre, que l’on cueille avant la moisson, et dont on fait durcir et griller les épis au four. C’est une primeur offerte au propriétaire par les laboureurs, et les actions de grâce n’y manquent pas. Les champs de Bou-farik, un des plus beaux villages de la Mitidja, avaient la renommée de fournir le farik pour la table du pacha d’Alger.

A Bougie, dit M. Ch. Brosselard, le savant explorateur des dialectes berbères, on appelle le couscoussou de qualité supérieure Keskessou-el-hourat, «le couscoussou  des houris » digne d’être mangé en Paradis.

 

 

 

 

 


 
 
posté le 18-03-2019 à 22:16:20

Pain Rhobs maison

Avec de l'huile d'olive et des olives, avec du miel ou

tartinés de beurre, un thé à la menthe pafumé d'absinthe (fliou)ou de fleurs d'oranger...

nous proposerons  une gamme de pains et de galettes...

Kesras et Chapatis... 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 
 
posté le 21-03-2019 à 17:05:15

Livre d'Or


  Merci de laisser  éventuellement une trace de votre passage sur notre "Livre d'Or".    

Vous pouvez également cliquer sur "j'aime",  si vous  avez apprécié  la visite ...

 

Laissez nous une trace de votre visite ! 

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article